Intro

Le patient


Le patient qui entreprend une thérapie primaire est déterminé à accéder à quelque chose dont il se sent privé. Ce quelque chose n’est autre que le goût de vivre. Et vous avez bien lu : y accéder plutôt que le retrouver. Car un tel patient ne souffre pas seulement d’un mal qu’il éprouve depuis peu et que la médecine appréhende en tant que tel. Il sent au contraire que, depuis toujours, c’est sa vie elle-même qu’il endure.

Il va lui falloir un certain courage pour affronter sa propre réalité, celle qui s'est formée dès sa vie primaire. Adulte, il se doute peut-être que quelque chose a pu lui manquer ou mal se passer au début de sa vie. Mais il n’a probablement jamais tenté d’y voir plus clair. Car même l’adulte a peine à croire que ses parents, par exemple, qui n’ont jamais été les auteurs de son malheur, aient pu malgré eux en être les acteurs. C’est un long chemin qu’il lui faudra parcourir pour finalement se rendre à certaines évidences. L’évidence que sa "maladie de l’âme" ne relève pas d’une fatalité, n’est inscrite ni dans ses gènes ni dans les astres. L’évidence que sa propre infirmité relationnelle, c’est à des individus souffrant eux-mêmes de difficultés relationnelles qu’il la doit, non à lui-même.

Plan du site  - Ils orientent sur ce site  - Charte éditoriale   - Politique de confidentialité   - Commentaire ou problème sur le site  - Hébergement  - Etablir un lien  - Recommander ce site